QUI TIRE LES FICELLES ?

PROJET DE CRÉATION - EN RECHERCHE DE PARTENAIRES

Fantasmagorie magique

sur

Pierre RICHARD et Bruce LEE

 

LE LIEN ENTRE

PIERRE RICHARD, BRUCE LEE ET SCORPÈNE

Lors de mes voyages à l’étranger pour les tournois d’échecs, dans mes bagages, nulle présence des ouvrages de Kasparov ou de Karpov. J’emmenais plutôt le livre Le Tao du Jeet Kune Do de Bruce Lee et un enregistrement sur K7 audio du film : « Je suis timide mais je me soigne » avec Pierre Richard.

Enfant, j’ai découvert Pierre Richard à travers ses films. D’emblée je fus touché par l’immense tendresse qui se dégage de lui, bien au-delà de ses personnages. Souvent, à l’aide d’une voix off, il s’adresse à nous, à lui-même. Cette proximité, tel un effet miroir, a fait naître en moi une relation imaginaire. Je me suis relié à la voix de Pierre.

Je conservais uniquement sa voix sur la bande magnétique et j’effaçais le reste du film. Après la journée de compétition, le soir seul dans ma chambre d’hôtel, je lui donnais la réplique en m’enregistrant. Je réinventais ainsi un dialogue improbable mais sensé ! Il devenait mon compagnon de route. Il écoutait mes confidences, et j’écoutais ses conseils.

Quant à Bruce Lee, je l’ai véritablement découvert à travers ses écrits méconnus du grand public. Son livre d’aphorismes Pensées percutantes est une véritable ode à la vie. Bruce possède un style d’écriture qui recèle une portée philosophique intemporelle. Si bien que le « Tao du Jeet Kune Do », est devenu pour moi le « Tao du jeu d’échecs ». Un manuel tout terrain pour affronter mes adversaires.

C’est cette notion qui relie Bruce Lee et Pierre Richard : le tout terrain. Leur faculté d’adaptation, de se mouvoir comme de l’eau. Cet équilibre en mouvement est pour moi synonyme de justesse et de vérité.

 
Je pratique les arts martiaux : Judo, aïkido, karaté.
La première chose qu’on nous apprend, c’est le contrôle.
Un type me traite d’abruti, je ne cogne pas.
Je le regarde et je m’en vais.
— PIERRE RICHARD
Pierrerichard-pierre-richard-36934108-307-512.jpg
 
bruce-lee.jpg
 
 Jouer la comédie est une expression de soi honnête.
Pour moi un acteur représente la somme des possibilités qui constituent sa personnalité.
Son haut niveau de compréhension de la vie, son bon et juste goût, sa présence.
— BRUCE LEE
 

NOTE D’INTENTION

« Tirer les ficelles » veut dire manipuler une situation tout en restant dans l’ombre, c’est bel et bien l’aptitude du magicien.


Et si le plus important n’était pas la chose regardée, mais l’oeil qui regarde ? La perception de la réalité me fascine. J’ai tendance à tout relier en permanence. Sans forcément donner un sens pertinent, mais simplement pour le jeu de relier, comme un enfant relie des points au stylo bille, comme autant de constellations d’étoiles. Tous les signes qui m’ont mené jusqu’à ce projet, en forment les prémices.

Tout est à faire, mais tout est là, frémissant : ma rencontre avec Pierre Richard en 2015, notre amitié naissante puis son enthousiasme de nous rejoindre Bruce Lee et moi …

Un spectacle, mélodie de signes. La vie nous envoie sans cesse des signaux. Trop appliqués à vouloir tout expliquer, nous les occultons. Pourtant ils agissent en secret, ils veillent sur nous. C’est de cela dont nous allons parler. De cet invisible qui agit. Explorer un territoire où les effets magiques surgissent de nulle part. Une magie sans magicien. Des effets sans cause en quelque sorte.

L’impossible sera la norme de ce spectacle. Cela semble irrationnel de relier Pierre Richard et Bruce Lee. Pourtant, ils sont devenus à mes yeux deux jumeaux philosophiques inséparables, deux soleils qui réchauffent et éclairent celui qui s’en approche. Je souhaiterais faire découvrir la profondeur de leurs propos en dehors du contexte cinématographique. Nous irons vers eux, crescendo.Tout d’abord par des photographies, puis par le son de leurs voix. Je dialoguerais avec les voix de Bruce et de Pierre extraites de leurs films.

Le travail se concentrera sur le son et sa spatialisation, émanations de leurs présences fantomatiques. Se tissera alors une relation originale entre ces personnages. Une magie qui mêle l’humour, les arts-martiaux et la philosophie. Au sens figuré s’ajoutera le sens propre : de vrais tissages de fils bien présents occuperont peu à peu l'espace scénique. L’apparition de Pierre Richard en hologramme, philosophant sur Bruce Lee, et s’adonnant à la magie avec Scorpène sera le point d’orgue du spectacle.

Ces ficelles seraient-elles des structures de pensées ?

La vie prend-elle sens en nous par les signes qu’elle émet ?

Pourquoi Pierre Richard & Bruce Lee détiennent les réponses à ces questions ?

Et si le « non-choix » se révélait être notre plus grande liberté…